Les destinations tendance à découvrir en 2017 !

Mettre en commun notre liste annuelle des meilleurs endroits pour voyager est un processus qui dure plusieurs mois – nous enquêtons sur des écrivains basés dans le monde entier, parlez à nos spécialistes des voyages A-List et regardez les ouvertures les plus excitantes d’hôtels et de restaurants. Alors que les nouvelles et les événements mondiaux ont un impact important sur les lieux que nous choisissons, nous faisons également attention aux villes qui méritent d’être examinées: Philadelphie, en particulier, peut vous surprendre par la croissance et le développement qu’elle a vu ces derniers mois. L’Amérique du Nord a fait une forte projection sur la liste de cette année. Plus d’un quart de ces lieux sont à portée de main pour un long voyage de week-end en provenance des États-Unis.

Nous savons que les gens vont voyager de loin pour une nourriture et une boisson incroyables, c’est pourquoi cela a été un facteur clé dans notre prise de décision. En 2017, vous voudrez vous diriger vers Jérusalem pour son excitante nourriture au lever, Oslo pour sa culture du café, Belgrade pour la bière artisanale et Valle de Guadalupe pour les vins mexicains convoités.

Alors que les vacances à la plage sont intemporelles, vous n’avez vraiment pas besoin de beaucoup plus qu’un complexe confortable, des eaux chaudes et un bon livre pour lire un peu plus de temps si vous visitez ces endroits: Tofino, en Colombie-Britannique, a Une scène de nourriture sauvage; Honolulu accueillera sa biennale des premiers arts cette année; Et Málaga a d’incroyables musées cachés.

Angra dos Reis, Brésil

L’exonération de visa au Brésil au cours des Jeux olympiques a été un succès pour une grande raison: elle a encouragé les voyages au-delà des grandes villes. Le conseil de tourisme espère renoncer à la renonciation, et si vous prévoyez de profiter, gagner du temps pour visiter Angra dos Reis, entre Rio et São Paulo. Cette zone populaire de vacances brésilienne est l’endroit où les cariocas vont échapper à la foule. “C’est là que beaucoup d’élites du pays ont leurs villas de plage”, dit Martin Frankenberg de Matuete, qui a accès à plusieurs de ces locations glamour. De grands changements arrivent dans la région. Au mois de mai, la chaîne brésilienne Fasano ouvrira un hôtel de 54 suites très attendu dans un complexe comprenant une marina, un terrain de golf, des restaurants et un spa. Le design est frappant, avec des bâtiments en bois élevés qui semblent flotter, tous avec des terrasses en plein air et des vues sur la forêt et la mer. Et le gouvernement a récemment promis 8 millions de dollars pour améliorer l’infrastructure sur Ilha Grande, une île si populaire qu’elle a dû imposer une limite quotidienne aux visiteurs. -Stephanie Wu

Belfast, Irlande du Nord

Avec une gamme croissante de bars en plein air, de lieux artistiques et de restaurants, Belfast devient rapidement une destination attrayante pour les voyageurs. Restez au Bullitt Hotel (inspiré du film Steve McQueen), qui a ouvert ses portes en octobre avec des chambres décontractées et bien aménagées et une granola de petit déjeuner gratuite. Consultez l’organisation artistique Seedhead, qui dirige les visites d’art de rue et accueille des cabarets pop-up autour de la ville. L’OX et l’EIPIC étoilés au Michelin ont dirigé le pack de restauration fine, mais aussi visiter la salle des permis, avec son petit-déjeuner inspiré à l’échelle internationale et un café rôti localement. Les nouveaux lieux de vie nocturne remarquables comprennent le Muddlers Club, un restaurant élégant et un bar à cocktails dans le Quartier de la Cathédrale à la mode, et Vandal, une pizzeria ornée de graffitis qui se transforme en club de fin de soirée, au dernier étage d’un pub du XVIIe siècle. -Nel McShane Wulfhart

Belgrade, Serbie

Depuis la fin des guerres yougoslaves, Belgrade a attiré des investissements stables – ses quartiers couverts de graffitis sont maintenant remplis de restaurants et de bars. Vous trouverez des plats copieux de saucisses ćevapi-smoky sans enveloppe, et des poivrons somborka farcis à Sokače, des kebabs paprika à Tri Šešira et des tapas pan-latines à Toro. Mais le plus grand tirage au sort est la scène croissante de bière artisanale (la ville compte 37 brasseries). Ne manquez pas le Kabinet Supernova IPA à Prohibicija dans le quartier de Savamala, rempli de barres, ainsi que les ales pâles corsés de Kas et l’IPA de Salto à Bajloni, situés dans une brasserie de 100 ans à Cetinjska. -Govind Dhar

Le zodiaque voyageur : les voyages selon les signes astrologiques

Les symboles astrologiques peuvent nous en dire beaucoup sur nos dispositions et nos préférences générales. Si vous essayez de décider d’où décoller pendant cet hiver sombre, ne cherchez pas plus loin que votre zodiaque – il dictera où vous seriez le plus heureux.

Avec tant de curiosités à voir, nous savons que vous pouvez utiliser certaines recommandations.

Devriez-vous, un Bélier, faire une pause et profiter du soleil? Peut-être une aventure dans l’Asie du Sud-Est serait-elle plus satisfaisante?

C’est une vacance; Laissez courir votre imagination. Voici où vous devriez voyager à la prochaine en fonction de votre zodiaque:
Capricorne (22 décembre – 19 janvier)

Les Capricornes sont des gens stables et dévoués, mais pas les plus spontanés. Ils n’aiment pas se rendre vulnérables, mais ils sont bons à exécuter sur des plans.

Par conséquent, des vacances appropriées pour un Capricorne seraient une ville majeure située à l’intérieur du pays, comme Washington, DC, Chicago, IL ou Portland, OR, où Caps peut se sentir en sécurité, mais aussi explorer selon ses propres termes.

Ils peuvent être inhibés et méfiants envers les gens, de sorte qu’ils devraient éviter les taches de bikini et les territoires étrangers.
Verseau (20 janvier – 18 février)

Les aquatiques imaginatifs et aventureux adorent s’écarter de la foule et faire leur propre chose, ce qui les amène à une excursion intrépide au pays des trésors cachés, au Pérou, ou une escapade exotique à Punta del Este, en Uruguay.

Leur passion pour l’humanité rendra le Verseau amoureux de la culture et des personnes d’Amérique du Sud.

Non conventionnel, rebelle et pas trop rapide à juger, les Aquariens apprécieront explorer des paysages inconnus et apprendre une partie unique du monde.
Poissons (19 février – 20 mars)

Les poissons ressentent profondément leur entourage, ce qui en fait des personnes adaptées, compatissantes et sensibles. Ils ont tendance à adopter une approche plus détendue, presque paresseuse de la vie, préférant échapper à la réalité quand ils le peuvent.

Ceci, avec leurs tendances indecentes et leur nature subordonnée, rend Pisces le candidat idéal pour une croisière exotique sur les eaux chaudes.

Leurs horaires sont pris en charge; Ils ne seront pas trop attachés, trop rapidement, et ils ne ressentiront pas la moindre once d’auto-pitié quand il est temps de partir parce qu’il y a plus de destinations à voir et plus de voyages à emporter.
Bélier (20 mars – 19 avril)

Directement, courageux et les dirigeants du Zodiaque, Bélier n’ont aucun problème à interagir avec les Russes à Moscou.

Les Béliers sont des individus farouchement indépendants et à faible tempérament qui ont de la difficulté à admettre leurs erreurs, ce qui signifie qu’ils vont probablement entrer dans la société russe.

Malgré les événements actuels nous rappelant que c’est un moment difficile à visiter, un Aries excitant et trop optimiste est toujours prêt à prendre des risques dans la vie.
Taureau (20 avril – 20 mai)

Les Taurus sont indulgent et aiment vivre luxueusement – des vacances de plage extravagantes à St. Barths ou à la côte d’Amalfi sont parfaites pour leurs goûts matérialistes.

Mais si vous cherchez à rester plus près de chez vous, essayez le Grace Bay Club à Turks & Caicos.

Taurus aime également suivre les tendances et peut être un peu paresseux, ce qui permet de voyager à un endroit décontracté, rempli de soleil, un voyage idéal.

Ce sont des personnes généreuses et fiables avec un passionnant. Donc, si elles apprécient leur expérience, elles donneront non seulement des avis positifs pour le conseiller, mais aussi le retour.
Gémeaux (21 mai – 20 juin)

Les Gémeaux sont impulsifs et curieux. Leur désir de spontanéité les conduit à errer. Les vacances idéales pour l’esprit agité des Gémeaux réside dans le repos, où ils peuvent éprouver le monde selon leurs propres termes.

Imaginez un mois traversant l’Espagne, flotter d’une ville à l’autre et laisser votre place sur les gens et les lieux. En raison de vos personnalités multiples, vous êtes tout aussi prêt à explorer que vous devez partir et passer à la prochaine ville.

L’Espagne, avec toutes ses cultures, ses domaines et ses topographies, est parfaite pour votre personnage polyvalent.
Cancer (21 juin – 22 juillet)

Les cancers ont besoin d’un soutien et d’une attention constantes, et ils apprécient la sécurité et le confort. Un séjour relaxant dans un spa, comme Castle Hill Inn ou un séjour holistique au The Ranch à Live Oak / Malibu, les deux ont été pris en charge.

Ils pourront se concentrer sur la paix, l’amour et l’harmonie, sans le bruit du monde extérieur.
Leo (23 juillet – 22 août)

Leos aime le glamour et sait comment profiter de la vie. Ils ont toujours besoin d’un public, préférant l’admiration et la louange à d’autres compliments.

Leur appréciation pour le luxe et tout ce qui est nouveau et extraordinaire signifie qu’ils auront des vacances internationales somptueuses à Paris ou Dubaï, ou à l’intérieur de Fontainebleau Miami, ou Cosmopolitan Las Vegas.

Ils sont généreux et confiants, ce qui signifie qu’ils ne se soucieront pas de se retrouver dans la foule parisienne ou attirer l’attention dans un club.
Vierge (du 24 août au 22 septembre)

Virgos sont des chercheurs; Ils aiment analyser les faits, observer le monde autour d’eux et être les organisateurs de tout. Ils peuvent aussi être un peu rigides et exigeants, même s’ils prétendent qu’ils sont “bien”.

Tagged ,

Naples gagnée par la fièvre des crèches

Chaque année, durant la période de Noël, des crèches abritant de superbes figurines ornent les maisons et les églises.

Naples est une ville excitante. Pour les Napolitains de souche ou nouveaux venus, c’est la plus belle du monde. Et il n’est guère facile de les contredire, surtout lorsqu’on la contemple du haut du Vomero, laissant errer le regard sur son golfe légendaire et sur le dôme majestueux du Vésuve.

naples-1842509__340.jpg

Certes, la ville est bruyante, chaotique, et le quartier de Spaccanapoli un peu dangereux. Mais le caractère italien s’y exprime comme nulle part ailleurs dans la botte: ses habitants ont du tempérament, leurs mimiques sont un régal, leur dialecte est très mélodieux à défaut d’être compréhensible, et leur cuisine enchante le palais: pizza, pâtes, poisson et toutes sortes de douceurs, tels les babas au rhum et les sfogliatelle farcis de ricotta et de fruits confits, sont simplement irrésistibles.

Quant à la météo, elle est clémente pour ces joyeux Italiens du sud. En décembre, le soleil leur dispense encore une douce chaleur oscillant entre 15 et 20 degrés, ce qui n’empêche pas les dames de promener leur manteau de fourrure. Outre ce plaisir, le dernier mois de l’année leur réserve d’autres joies encore, notamment la fête de Noël avec son sapin et la crèche présente dans tous les foyers.

Dès le XIIe siècle

Les premières crèches, très simples, ont vu le jour dans les églises romaines aux environs du XIIe siècle. Trois cents ans plus tard, des fabricants de figurines sont venus s’installer à Naples, où la tradition des crèches s’est ancrée peu à peu. Mais l’âge d’or des crèches napolitaines remonte au XVIIIe siècle, époque à laquelle la ville connaît son apogée sous la domination de Charles III, roi des Bourbons, et soutient la comparaison avec les capitales européennes les plus florissantes.

Le roi encourage l’art et la culture, il reconnaît officiellement le métier de fabricant de figurines. Les crèches deviennent à la mode. Charles III, lui-même très doué manuellement, s’entoure de scénographes, d’artistes et d’architectes et, avec leur concours, il crée des crèches grandioses comptant jusqu’à deux cents figurines. Tout y est réglé dans les moindres détails: la naissance du Christ et la cohorte des nobles à droite, l’auberge et des scènes de la vie quotidienne à gauche, le peuple des bergers à l’avant et des anges qui survolent l’ensemble.

Fabriquées avec soin

Les figurines sont manufacturées avec un soin grandissant et ne sauraient manquer dans aucune crèche. Aujourd’hui, on débourse volontiers quelques centaines de milliers de lires (quelques centaines de francs) pour elles chez les antiquaires de la Via Domenico Morelli. Ces figurines sont faites de bois et de chanvre, et leur tête d’argile. Elles portent des vêtements de l’époque, colorés pour les marchandes, élégants pour les dames.

Le secteur du musée qui leur est consacré dans la belle chartreuse de San Martino présente une des plus importantes collections publiques de crèches, parmi laquelle l’uvre admirable du dramaturge Michele Cuciniello, dans laquelle des effets spéciaux de lumière imitent les variations de l’intensité lumineuse au fil du jour. A Noël, quelque 400 crèches sont exposées dans les 700 églises de Naples. Mais elles sont présentes partout, car chaque famille, aussi pauvre soit-elle, en possède une.

Le 8 décembre en fin d’après-midi, il n’est plus possible ou presque d’avancer dans les rues S. Gregorio Armeno et S. Biagio dei Librai, car une foule compacte s’y presse devant les magasins et les comptoirs qui vendent tout ce qu’il faut pour réussir une belle crèche: du liège pour le toit, de la mousse, des arbres et des buissons, l’aménagement intérieur d’une auberge, le buf et l’âne, des marchands et des bergers, des ampoules électriques, l’Enfant Jésus et Marie, des anges sous toutes les formes.

Participation de tous

Les frères Giuseppe et Marco Ferrigno sont passés maîtres dans la fabrication traditionnelle des figurines. Sis au numéro 8 de la Via S. Gregorio Armeno, leur commerce ressemble à un musée, à la différence que tout peut s’y acheter.

Il est de coutume que toute la famille participe à l’édification de la crèche. Le père bricole l’éclairage, la mère coud ce qui doit être cousu et les enfants, pour autant qu’on les y autorise, mettent le tout en place.

A la Via dei Mille, dans le quartier élégant de Chiaia, se trouvent les boutiques des designers; à la Via Toledo, artère commerçante très animée, les prix sont modiques. Après un court arrêt à l’Antica Pizzeria e Friggitoria di Matteo, à la Via Tribunale 94, pour calmer une petite faim avec une pizza ou des boulettes de riz frites, on poursuit sa route. Plus tard, on dînera peut-être à l’élégant restaurant La Bersagliera, au Borgo Marinaro près du Castel dell’Ovo.

En Islande, la nature bouillonne, ruisselle, crache…

En Islande, la création est toujours à l’uvre: la nature bouillonne, ruisselle, crache. Coup d’il sur la plus grande île volcanique du monde.

Quelle affaire complexe que de fixer la nature islandaise par les mots et par l’image! L’instabilité y règne en maîtresse, tant à la surface que dans les entrailles de la Terre. C’est en ces termes, en substance, que l’auteure islandaise Steinunn Sigurdardóttir décrit son pays dans la préface d’une collection de fascinantes prises de vue réalisées par le photographe Páll Stefánsson.

Force m’est de lui donner raison. Un dixième de la surface de l’Islande est couverte d’une gigantesque et grandiose calotte glaciaire. Mais ce n’est de loin pas tout! Le pays est ponctué d’imposants volcans, ciselé par de profonds fjords, des prairies verdoyantes, des déserts de sable noir, des sources chaudes, des geysers fulminants et des cascades, qui se fraient leur chemin dans un tonnerre de Dieu entre des formations rocheuses déchiquetées et des masses de lave durcie.

Mais cela non plus ne dit pas tout de la fascination que l’île exerce sur ses visiteurs. En réalité, celle-ci naît de la rencontre de toutes ces forces de la nature et de l’alternance de leurs activités, souvent impétueuses, effrayantes et indomptables, puis douces et placides.

Ce spectacle parfois irréel est dans certains cas encore amplifié par les jeux de couleurs: souvent, quand le regard vagabonde jusqu’à l’infini, les yeux sont arrêtés par des bandes de terre jaunâtres, brunâtres ou noires, puis butent contre des sommets enneigés ou non, passent au-dessus de collines verdoyantes, traversent des marais jaune clair ou des formations rocheuses jetant des reflets de toutes les nuances de rouge.

Le tout est surmonté d’un ciel infini, d’où le soleil répand ses rayons clairs, engloutis par de volumineux cumulus ou tamisés par un plafond moutonneux qui les traverse plus ou moins rapidement.

Islande, terre de contrastes, de caprices et de surprises! Cette réalité n’est pas seulement celle du paysage. Le dieu de la météo a bien compris sa mission: certains jours, il offre aux habitants et aux visiteurs de vivre deux, voire trois saisons. Quand bien même, comme le disent les Islandais eux-mêmes, il n’y a pas vraiment de temps sur l’île, juste des échantillons

Un peuple fier

Une île aussi particulière est évidemment habitée par un peuple au caractère bien trempé. De fait, les descendants des Vikings sont forts et fiers. Ils ont appris depuis longtemps à s’accommoder des caprices de la météo et des forces de la nature, et à les respecter. Le long hiver sombre et le bref été ont imprégné leurs habitudes de vie, et rien ou presque ne peut leur ôter leur flegme naturel.

Même dans les rues de Reykjavik, on ressent non pas de l’agitation, mais beaucoup de gentillesse et une joie de vivre contagieuse. Et comme pour trouver un équilibre, les Islandais aiment à dire l’inquiétante majesté de la nature de leur pays par les mots, l’art ou la musique.

Et, bien sûr, ils ne sont pas en reste à l’ère de la communication moderne: ici, tout un chacun possède au moins un téléphone portable et un ordinateur dont il fait grand usage. Il n’est donc pas étonnant que les pêcheurs exportent leurs produits par Internet; on ne trouve nulle trace des traditionnels marchés aux poissons.

Des sources inépuisables

Les Islandais ont une relation particulière avec ce que nous appelons le wellness. Rien d’étonnant, au demeurant, car les sources d’eau chaude ou médicinale sont quasiment inépuisables. Que ce soit au grand air ou à l’intérieur, piscines, bains thermaux ou hotpots sont très fréquentés. Ils sont devenus des lieux de rencontre de la société islandaise actuelle, où bien des problèmes se discutent et se règlent dans une eau agréablement chaude et une atmosphère conviviale.

Pour en revenir aux hotpots, ils sont aux Islandais ce que les saunas sont aux Finlandais. Signe tangible et thermique des bouillonnements du sous-sol, ce n’est pas demain que ces sources chaudes tariront.